dimanche 9 juin 2019

Ça file sous le Coronat...

... oui mais il nous faudra des branchies !

Et oui, dimanche 9 juin, G. Tixier et Y. Dricot disparaissaient sous la surface du siphon amont de la rivières du Réseau d'En Gorner, l'objectif étant de poursuivre l'exploration du siphon 5. Celui-ci fut sorti après seulement 50 m de plus que l'arrêt précédent. Ce que nous ont décrit alors les plongeurs a de quoi faire rêver plus d'un spéléo. Au delà de ce S5, la rivière se poursuit en exondé en remontant. Une cascade de 4 m est même présente dans l'actif. Au-dessus, deux étages se superposent. Le premier de modeste dimensions est bien concrétionné, le deuxième à une quinzaine de mètres au-dessus de la rivière atteint une dizaines de mètres de haut et suit un magnifique miroir de faille. La zone noyée semble être dépassée et plus rien n'arrête la progression.

Enfin si, le temps et l'éloignement. Les plongeurs font demi tour après avoir parcourut environ 500 m dans leur combinaison étanche, arrêt sur un grand laminoir derrière lequel on entend la rivière gronder dans le grand noir. Il leur faut maintenant parcourir près de 2,5 km dont 1600 m en plongée avec un point bas à -42 m ! Ils émergent enfin après 12 heures d'exploration. On aurait du mal a les croire si ils nous avaient pas ramené de belles images de cette fantastique première.

Cette découverte à de quoi relancer les explorations sur le massif du Coronat. Toutefois, il faudra trouver le moyen d'accéder derrière ces 2 km de siphons. Par le haut, c'est 1000 m de dénivelé qu'il faudra parcourir et la morphologie et la géologie du massif ne laissent que peu d'espoir. Le plus réaliste serait de pénétrer dans le massif via d'ancienne perte plus loin dans les vallées adjacentes, mais ça c'est une autre histoire qu'il nous faudra écrire....

Au-delà de la découverte, cette exploration est une magnifique et grande aventure humaine. Plus d'une vingtaine de personnes venant de tous le sud de la France se sont relayées sur trois weekends pour acheminer tous le matériel nécessaire jusqu'au siphon situé à environ 2,5 km de l'entrée du réseau. De très bons moments de convivialité et de spéléo. Pour celles et ceux qui ont manqué ces supers moments, vous pouvez vous rattraper en venant nous filer un coup de main pour sortir le matériel les 22 et 23 juin prochain. D. Clua et F. Verlaguet plongerons pour récupérer le reste des bouteilles et faire des images entre le S3 et S4. Nous avons besoin d'une quinzaine de personnes pour évacuer tout le matériel.

En attendant le montage d'une vidéo correct, voici quelques captures d'écran :

Dans le S2

La cascade de 4 m

Le grand miroir de faille

Arrêt temporaire


La topo provisoire

Et une vidéo du S1 et S2 : https://vimeo.com/339077443

Voici le récit d'explo que vient de nous transmettre Guillaume :



Samedi 18 mai 2019

Vérification des niveaux d’eau et pré portage des bouteilles (4 x 10 L et 3 x 7L) et d’un scooter. Le niveau des bassines est relativement bas comme en juillet 2018 on passe sans se mouiller. Le premier pont de singe est 1 m au-dessus de l’eau par contre le second et 20 cm dessus.

Participants : Sébastien HENRION, Michel RUIZ, Nicolas ALEMAN, Christophe SOSA, Laurent STIEVENAZZO, Marc ESCARBASSIERE, Florence MOLL-ESCARPENTER, Manuel HERNANDEZ, Fanny RICHARD, Denis CLUA, Yvan DRICOT et Guillaume TIXIER

Samedi 25 mai 2019

10h30 nous rentrons à 13 dans la cavité. L’objectif est de poser les bouteilles de sécu pour le S2, et pour la pointe au départ du S4, 12h30 nous sommes au siphon. Préparation des 7 bouteilles de sécu, des propulseurs et recycleurs, nous partons dans le siphon à 14h00. Le S1 est vite franchi on laisse une 7L en sécu pour un éventuel retour en ouvert s’il y avait une défaillance sur un recycleur. Entre S1 et S2 on fait deux allers-retours un avec le recycleur et deux 10 litres chacun et un second avec une 7l et le scooter. Dans le S2 nous prenons soin de faire des images avec une caméra chacun sur le scooter et plus de 30 000 lumens d’éclairage. A la sortie du S2 on pose une 10L qui restera là pour la prochaine plongée. Là nous faisons trois allers-retours entre S2 et S3. Nous partons dans le S3 en prenant le même soin à essayer de faire de belles images mais malheureusement les batteries des cameras seront sèches avant la sortie du S3. On pose les recycleurs et acheminons devant le S4 une bouteille de 10L et deux de 7.5L pour la prochaine plongée. Au-dessus du S4 on explore un shunt de belle dimension 2 x 4 m qui redébouche sur la galerie principale 50 m plus en aval. Deux heures se sont écoulées depuis la sortie du S3. Il est temps de rentrer. Le retour sera plus facile les 5 bouteilles de sécu sont déposées nous rentrons avec uniquement une 10L à la bretelle.  Nous retrouvons Christian et Denis il est 20h30. On prend 4 petites charges et laissons tout le reste pour le lendemain et 1 heure plus tard nous sommes au parking. Nous retrouvons le reste de l’équipe pour une bonne soirée au camping de RIA.

Participants : Sébastien HENRION, Michel RUIZ, Louise VILLEMAGNE, Fréderic ARAGON, Patrick BOUTIN, Maixent LAICAIS, Lionel RUIZ, Bastien BERTHET, Denis CLUA, Christian DEIT, Remi ESAIN, Yvan DRICOT et Guillaume TIXIER

Dimanche 26 mai 2019

Nous sommes 6 pour sortir le reste du matériel soit 6 charges.

Participants : Denis CLUA, Christian DEIT, Remi ESAIN, Thomas ZETTWOOG, Yvan DRICOT et Guillaume TIXIER

Samedi 08 juin 2019

10h00 on se retrouve comme d’hab au pont d’En GOURNE, nous sommes 10 et nous avons 9 charges. On laisse partir les copains déposer les charges devant le S1 pendant que l’on s’économise. Nous avons pour mission de tester le généphone 1h30 plus tard. A l’heure donnée, on monte à l’entrée de la grotte et le signal passe nickel même après une année sous terre pour le câble. Les copains ressortent du trou à 14h00 et rentrent chez eux après avoir papoté un moment. Nous nous retrouvons tous les deux et allons acheter un peu de bouffe pour le lendemain, après 1h de tergiversations au super U de Prades, nous optons pour une tortilla sous vide et jambon sous blister pour un rapport étanchéité / poids / volume / valeur énergétique au top. On retourne au parking, il est 17h00, nous nous apprêtons à renter dans le trou mais on a oublié le pain ! Excursion à la boulangerie de Villefranche et à 18h00, nous rentrons dans la cavité. 19h00 on est devant le S1, on prépare les machines, les scooters et les bouteilles pour le lendemain. 20h30, on se fait chauffer un petit salé aux lentilles bien au chaud dans le bivouac et sous les duvets, tout va bien. 22h00, extinction des feux pour un réveil à 6h00 le lendemain.

Participants : Christophe DEZ, Raphael JAUD, Fréderic VERLAGUET, Franck GENTILI, Yves GRALL, Luc MARROU, Sébastien HENRION, Nicolas ALEMAN, Michel RUIZ, Denis CLUA, Christian DEIT, Yvan DRICOT et Guillaume TIXIER

Dimanche 09 juin 2019

Petit dej à 6h00 au bivouac, nous pensions engloutir brioche, jambon et tartines de miel mais l’appétit n’est pas au RDV. 7h45, on appelle Christian qui est au généphone pour l’informer de notre départ imminent. On monte enfiler les combi, dernier check et à 8h00, c’est parti ! Nous partons léger, toutes les bouteilles de sécu sont déjà déposées grâce au portage du WE précédent. Juste une 10L chacun à la bretelle et une 7L pour le S1. Passage S1 - S2 en une seule fois sans aller retour chaque siphon est passé en 15 minutes. On sort du S2, premier inter siphon avec le recycleur puis on retourne chercher la 10L, puis le propulseur, une heure passe. S3 passage au propulseur en 15 minutes, on remarque une partie non active au point bas du siphon car la touille d’il y a 15 jours est restée en place, par contre à la sortie du siphon on retrouve les 20 m de visibilité. Dépose à la sortie du S3 des scooters, des deux 10L de la bouffe et nous passons l’inter siphon S3 – S4 tant redouté avec le recycleur sur le dos en prenant soin d’avancer lentement pour de ne pas trop chauffer dans nos combinaisons étanches. Arrivé devant le S4, nous sommes trempés de sueur, là nous attendent les trois bouteilles déposées il y a 15 jours. Départ dans le S4 qui est vite franchi et 15 m plus loin nous chaussons les palmes dans le S5 qui nous attendait depuis un an et réciproquement. C’est Yvan qui lève la topo à partir du terminus et j’équipe la suite.

Le S5 est complètement différent des précédents ; S1, succession de grandes failles de plus de 20 m de haut, S2 magnifique conduite forcée dans des marbres blancs, S3 avec sa première partie labyrinthique creusée dans des calcaires plus gréseux, S4 gros U dont le sol est composé d’une seule grosse dune de sable et le S5 qui débute par un puits vertigineux de 30 m de profondeur encombré de blocs recouverts de patine noirâtre. A la palme, nous arrivons en 25 minutes au terminus 220 m après le départ, on raboute le fil et c’est parti pour l’explo. Ce sera de courte durée car 25m plus loin, fin du S5. Là, l’actif sort entre des blocs avec un passage au-dessus. Par contre, sur la droite une énorme galerie de 5 x 3m remonte. Il est 11h45 nous posons tout notre matériel et partons au dessus de l’actif, on le remonte sur une cinquantaine de mètres et arrivons rapidement sur une trémie infranchissable par le bas. En hauteur il y a du vide.

Retour au siphon et on part cette fois sur la grosse galerie fossile. Plus nous remontons plus c’est gros, nous sommes 5/6 m au-dessus de la rivière. Nous laissons des passages encore plus gros en hauteur et continuons dans l’axe principal de la galerie (250°). Nous progressons dans une galerie de 4 m de large par 4 m de haut, on entend la rivière sous nos pieds et au dessus de nos têtes il y a encore des galeries sous le plafond. Nous avançons laissant des passages en hauteur et en contre bas. On avance d’une centaine de mètres, nous longeons un magnifique miroir de faille d’une hauteur totale de vingt mètres et continuons à monter, là la galerie fait 6 m de large. Au bout de cinquante mètres nous redescendons avec l’actif sous nos pieds mais nous sommes toujours perchés 5 m au dessus. On continue la progression, nous laissons un passage sur la droite qui redescend sur l’actif et continuons tout droit, la galerie est énorme 10 m de large par 10 m de haut. Nous arrivons sur un lac, on pense que cela va siphonner mais ça passe à la nage et 30 m plus loin on sort du lac là, la galerie se divise à nouveau. L’actif remonte franchement par une succession de petites cascades et en hauteur un passage sur une coulée de calcite laisse entrevoir du grand vide derrière. Ça fait une heure que nous sommes sortis du siphon, nous sommes conscients que s’il y a un nouveau siphon, nous n’irons pas le plonger, du coup nous optons pour revenir au matériel pour attaquer la topo et faire des images.

Nous faisons la topo uniquement du cheminement principal. De retour à la rivière nous optons pour le passage en hauteur.  Une première coulée de calcite, on remonte de 4 - 5 m là, un passage semble redescendre vers la rivière par un laminoir bien vertical, on continue à monter, nous sommes dans une galerie très concrétionnée, il semble y avoir de l’air, nous parcourrons cette galerie de plus faible dimension complètement fossile, on doit être 10 m au-dessus de la rivière et on continue sur ce même axe de 240°. Nous entendons la rivière gronder au loin. Au bout de cent mètres on entend une cascade et nous sommes devant un vide, nous arrivons à descendre de 4 -5 m en désescalade et nous tombons au dessus d’une cascade de 4 m. On arrive à traverser par une vire et prendre pied dans la rivière. Là, 20 m plus loin la rivière sort d’un siphon (le S6) mais sur la gauche à nouveau une galerie fossile de plus grande dimension (4 x 3 m) continue. On arrête là la topo et allons jeter un coup d’œil dans cette suite. Il y a plusieurs départs et au bout d’une cinquantaine de mètres nous entendons de nouveau la rivière gronder sous un laminoir concrétionné de 4 m de large par 50 cm de haut. Ce sera notre terminus du jour. Cela fait plus de 3h00 que nous sommes sortis du S3 nous décidons d’arrêter là pour aujourd’hui.

Retour au siphon, toujours en combinaison étanche et toujours trempé de sueur, une barre énergétique et nous entamons le long retour. Il est 16h00. S5 et S4 sont une formalité. A la sortie du S4 nous laissons nos bouteilles et allons déposer nos recycleurs devant le S3, nous ferrons deux autres aller retour pour récupérer les deux 7L, la 10L et tout le petit matériel, palmes, dévidoir, instruments… deux heures passent ! Il est 18h00, c’est l’heure de notre repas tortilla jambon et boisson énergétique, ça fait du bien ! On redémarre les mobylettes et c’est parti. A la sortie du S3, on laisse 4 bouteilles que Denis et Frédo viendront récupérer dans 15 jours. A la mise à l’eau du S2, on est presque à la maison. 20h30, nous sortons du S1. Là, Christian et Denis qui sont arrivés vers 17h00 viennent nous donner un coup de main pour sortir le matos du siphon. On passe un coup de généphone à Séb qui a pris le relais de Christian aux transmissions pour lui donner des nouvelles. On leur raconte la découverte des 12h30 passées depuis le départ du S1 ; On a sortit le S5 qui fait 270m -33m, derrière nous avons fait 432 m de topo et plus de 600 m d’explo. Le cheminement principal depuis le départ du S1 totalise 2390 m. Visiblement, nous avons sorti la zone noyée et sommes passé dans une zone d’écoulement libre. On sort du trou avec une charge chacun et retrouvons Séb qui a installé le bivouac chez Jérôme DURBET et nous a préparé une bonne plancha.
Après une bonne soirée et quelques heures de sommeil, le lendemain, on y retourne !

Participants : Sébastien HENRION, Denis CLUA, Christian DEIT, Yvan DRICOT et Guillaume TIXIER

Lundi 10 juin 2019

Yvan et moi partons une heure plus tôt pour reconditionner le matériel, on commence à connaitre le trajet. Suivront 10 copains pour sortir une dizaine de charges. On laisse au fond trois bouteilles et les propulseurs pour dans 15 jours afin de ressortir les bouteilles de sécu.

Participants : Christophe DEZ, Thomas ZETTWOOG, Jean François VERMOTTE, Sébastien HENRION, Nicolas ALEMAN, Michel RUIZ, Denis CLUA, Christian DEIT, Yvan DRICOT et Guillaume TIXIER

samedi 13 avril 2019

La Tirounère

Samedi 13 avril 2019
Résurgence de la Tirounère (Saint Paul de Fenouillet, 66)
Participants : R. Jaud, M. Ruiz et N. Aleman (TES)

C'était enfin le jour du grand bain ! J'ai pu enfin voir les entrailles d'une des plus importantes résurgences du département : la Tirounère. Cette source draine le massif Fanges-Paradet de près de 60km². L'entrée s'ouvre dans le lit de l'Agly à la sortie des Gorges de Galamus et possède un débit moyen de 840 l/s. La galerie noyée atteint un point bas à -12 m avant de remonter jusqu'à la surface à 65 m de l'entrée. On atteint alors la base du Barrenc de la Tirounère qui est équipé d'une pompe pour l'alimentation en eau de Saint Paul. En poursuivant vers l'amont, la galerie bute sur une trémie à -12m derrière laquelle la galerie a été reconnu depuis l'Aven des Anarchistes.  Cette dernière cavité donne accès au siphon amont (S3) qui a été plongé jusqu'à une profondeur de -106 m par G. Tixier. 

Aujourd'hui, notre objectif est moindre bien évidement et consiste simplement à mon initiation dans la partie aval de la cavité. L'équipement se fait sur le parking et on s'immerge dans la petite retenue qui cache l'entrée de la résurgence. On parcours quelques dizaines de mètres dans le lit de l'Agly avant de descendre dans le porche béant de la cavité. Un pan incliné ébouleux nous amène à -12m devant une étroiture qui aujourd'hui porte bien son nom. En effet, le passage bas est comblé de galet et sable et ne laisse qu'un passage de 50 cm de diamètre. Rapha s’attelle à désobstruer le passage et parvient au bout d'une bonne demi heure d'effort malgré le fort courant à franchir l'obstacle. Cela reste malgré tout trop étroit pour moi et mon Bi-12 pour une première plongée. Nous faisons donc demi tour pour aller se balader un peu dans l'amont de la rivière.

Quelques images :


Merci à Rapha pour l'invitation, le matos et les enseignements et merci à Paco pour l'assistance !
Ça donne envie de se mettre à la plongée et surtout de reprendre les travaux sur le massif !