samedi 13 avril 2019

La Tirounère

Samedi 13 avril 2019
Résurgence de la Tirounère (Saint Paul de Fenouillet, 66)
Participants : R. Jaud, M. Ruiz et N. Aleman (TES)

C'était enfin le jour du grand bain ! J'ai pu enfin voir les entrailles d'une des plus importantes résurgences du département : la Tirounère. Cette source draine le massif Fanges-Paradet de près de 60km². L'entrée s'ouvre dans le lit de l'Agly à la sortie des Gorges de Galamus et possède un débit moyen de 840 l/s. La galerie noyée atteint un point bas à -12 m avant de remonter jusqu'à la surface à 65 m de l'entrée. On atteint alors la base du Barrenc de la Tirounère qui est équipé d'une pompe pour l'alimentation en eau de Saint Paul. En poursuivant vers l'amont, la galerie bute sur une trémie à -12m derrière laquelle la galerie a été reconnu depuis l'Aven des Anarchistes.  Cette dernière cavité donne accès au siphon amont (S3) qui a été plongé jusqu'à une profondeur de -106 m par G. Tixier. 

Aujourd'hui, notre objectif est moindre bien évidement et consiste simplement à mon initiation dans la partie aval de la cavité. L'équipement se fait sur le parking et on s'immerge dans la petite retenue qui cache l'entrée de la résurgence. On parcours quelques dizaines de mètres dans le lit de l'Agly avant de descendre dans le porche béant de la cavité. Un pan incliné ébouleux nous amène à -12m devant une étroiture qui aujourd'hui porte bien son nom. En effet, le passage bas est comblé de galet et sable et ne laisse qu'un passage de 50 cm de diamètre. Rapha s’attelle à désobstruer le passage et parvient au bout d'une bonne demi heure d'effort malgré le fort courant à franchir l'obstacle. Cela reste malgré tout trop étroit pour moi et mon Bi-12 pour une première plongée. Nous faisons donc demi tour pour aller se balader un peu dans l'amont de la rivière.

Quelques images :


Merci à Rapha pour l'invitation, le matos et les enseignements et merci à Paco pour l'assistance !
Ça donne envie de se mettre à la plongée et surtout de reprendre les travaux sur le massif !

mercredi 28 février 2018

Gouffre de l'Aphanicé

Gouffre de l’Aphanicé

26 février 2018
Participants : Théo Lepetit (MJC Evreux), Eric (TES)
TPST: 12h

Arrivée la veille pour une préparation psychologique !



L’ambiance, à commencer par l’entrainement : vérification des descendeurs, décrochage, passage de nœuds et hissage de sherpa !


Entrée dans le gouffre vers 13h. Théo à l’équipement jusqu’au P328.


Et les sherpas à transporter !


 Arrivée puits des Pirates et ses 328m !


Le départ au sec, car après une douche c’est mise en marche pour notre plus grand bonheur. Arrivés trempés à la niche, mais le moral d’aventurier toujours là !


Explosion de joie au fond, l’adrénaline est à son comble ! De 15 à 20 minutes de descente. En bas on cherche la suite. Une escalade nous amène sur un méandre au sec (après avoir enjambé le P25 final) pour nous permettre un casse-croûte soupe bien mérité. Toujours motivés pour descendre au P25. « Théo elle est où la C30 ? Oups au fractio de la niche à +240m. » Pas démontés on récupère la C250 et on raboute une C6.5 de secours qui nous permet d’atteindre la terrasse du P25, sans toucher le fond de la salle boueuse.
Allez! on déséquipe le fond et on entame la remontée de la tirée de 240. On se suit de près pour être plus efficace et profiter ensemble de la musique. Arrivée à la niche Eric prends sa douche pendant que Théo est à l’abri. Mais les bonnes choses ne durent pas, Théo doit défaire le fractio à -30 avec les 300m de cordes mouillées, (au moins 35kg !) et sous la douche. Mise en place de la microtract et du balancier pour remonter tout ça avec passage de nœuds. Atelier tout en finesse. (que le puits des Pirates semble facile!). Passage des méandres laborieux, mais mise en place à nouveau de la micro tract sur les 2 derniers grands puits (P41 P56) pour hisser les sherpas. Théo remonte en tête de puits et commence à installer le balancier. Quand Eric arrive ses mousquetons de longe sont gelés par le  courant d’air (-15 à l’extérieur). De ce fait nous décidons de sortir nous mettre au chaud et récupérer les kits le lendemain. Sur la marche de retour (- de 50m) les lacets et les sangles de torse sont gelés. 
Validation par un confits/pomme de terre dans le camion de Théo.



Décongélation du matériel le lendemain sous un ciel bleu.

Fiche d'équipement du gouffre Aphanicé.








lundi 5 février 2018

Bivouac et désob à l'Hydre

vendredi et Samedi 2 et 3/02/2018
Aven de L'Hydre (Feuilla - 11)
Participants : Claude (CAF Perpignan), Eric (TES)

La campagne de l'hydre commence à s'essouffler. Peu de volontaires sont toujours à l'appel. L'équipe du rassemblement CAF de Mai 2017 s’interroge sur le déséquipement de l'aven afin de récupérer le matos.
2 gaulois irréductibles souhaitent en avoir le cœur net. Allons faire encore une virée voir quoi on fait!
Jef souhaites tout du moins que les cordes du P53 équipé à double soient sorties et remplacées en une seule voie. Claude et moi souhaitons faire une bonne séance de désob au fond (maintenant à -406m).
Bouchées doubles ! Un bivouac s’organise afin d’être le plus efficace possible.
Arrivée à l’entrée le Vendredi à 12h. D’abord changer les cordes, puis installation du bivouac à -200. Le décor : une galerie concrétionnée à +30m des conduites forcées. L’accès jusque-là reste aisé et le lieu et sec. Meilleur prix qu’un Formule 1 et plus beau que le Ritz. (reste à régler les problèmes d’humidité, car la clim est ancienne et fonctionne en continu !).
Le camp et maintenant installé, il est 17h, allons descendre le matos de désob. Kit désob* : perfo, 3 batteries, pailles, batterie de déclenchement, eau , enclume pour bricoler des mousquetons. (Jusque -354m avec le passage du Mario bross ça va, je suis toujours en admiration au P25 du nœud de Gibus de notre ami Yannick !). Après…c’est le parcours du combattant.
(*une erreur s’est glissé dans le texte, à vous de trouver). Il est 18h30, la soirée commence. 2 pailles déclenchées. Il est temps de rentrer dans la chambre luxueuse et profiter de la soirée. Un petit coup de fil à la réception pour commander les pains au chocolat du matin…disons vers 9h Mr Claude !
Allezzzzzzzzzz, il est 9h, thé, pain choco et Claude avec une batterie supplémentaire. On va se régaler ! Bref 6h au fond, l’espoir et la motivation sont toujours là, et l’élargissement du méandre avance bien. On entends l'eau couler pendant une minute au moins.(est-ce bon signe?!)
La remontée est entamée à 17h. Et là mes souvenir se troublent (P6,R2,P13,P20,rhhhhh,P6,ho his,P9,P7,P6, j’ai faim ,P3,E6,P8,  j’ai soif,P25,P43, boîte aux lettre- bizarre, j’attends pas de courrier- échange de kit avec Claude, conduites forcées, P5,P15,P8, youpi thé et plat de pâtes). La suite, j’ai attendu l’ascenseur pendant 30 min, mais apparemment en panne. Allez, on prend les escaliers mais cette fois avec 2 kits. (c’est vrai que c’était presque facile jusque-là). P11,P6… !.. :..]..@...aïe...ouinnnn...sniff...jveux rentrer à la maison, P53, P4,P5, c’est la fin des puits, mais on est pas dehors. Encore un toboggan bien glaiseux à remonter. Sortie à 23h. (35h sous terre)


La campagne n’est pas encore finie. Si ces mots vous ont motivés venez nous rejoindre.

dimanche 4 février 2018

Aven du Roboul Fiche d'équipement

Mardi 30/01/2018
Aven du Roboul (Opoul-Perillos - 66)

Objectif : faire fiche d’équipement, équiper l’escalade pour accéder au réseau parallèle à -60, ouvrir l’accès au plein vide du puits terminal depuis une galerie située rive gauche. Entrevoir une suite sur le lac Tabarié.

L'ouverture du passage dans la galerie nécessitera d'autres séances. Gros travail de désob au lac pour trouver une suite. Mais une session pourrait se faire le 11 février prochain.









Merci christrophe pour la corde de l'escalade.



samedi 27 janvier 2018

Sous la Séranne

Samedi 27 janvier 2018
Aven de la Leicasse (Saint Maurice de Navacelles, 34)
Participant : Jérôme, Mimi, Suzanne (GERSAM), Lionel, Stef, Nadège, Barbara, Arthur, Rémi (SSP) et Nico (TES)

Les copains de la SSP avaient prévu une sortie à l'Aven de la Leicasse sous l’impressionnant massif de la Séranne au nord de Montpellier. On se retrouve tous le vendredi soir chez Stef et Nadège à Saint Gely. La nuit sera courte car nous retrouvons nos amis du GERSAM le lendemain matin à proximité de la cavité à 8h30. Jérôme nous prends tous dans son 4x4 pour nous faire parcourir les quelques kilomètres de pistes qui nous amènent à proximité de la cavité. Plus que 5 mn de marche et nous voilà devant l'entrée maçonnée de la fameuse Leicasse. On équipe les deux premiers ressauts de 10 et 5 m (le reste étant équipé) et l'on trouve déjà un petit actif, il faut dire qu'il a bien plu toute la nuit. On suit alors un petit méandre étroit et descendons un petit puits de 7 m pour nous retrouver au sommet du puits du Robot haut de 109 m. La première partie se fait contre parois sur 34 m puis plein vide dans une immense salle sur 33 m. Un petit pendule nous dépose sur une plateforme en laissant les 42 derniers mètres.

Nous voilà partis pour visiter les grandes galeries de l'immense réseau de la Leicasse. On suit la Galerie des Meulières jusqu'au shunt de la trémie. Derrière celui-ci, on continue notre parcours dans les grandes galeries jusqu'à la salle Edmond Milhau puis la galerie du Tac o Tac. Après la pose déjeuner, on revient sur nos pas pour descendre dans la conduite forcée et ses magnifiques coupoles au plafond. Nous parvenons jusqu'au bas du puits des Oubliés qui n'est malheureusement pas équipé. On oubli pour la boucle et on fait chemin inverse jusqu'au bas de la salle d'entrée. Pendant qu'une partie du groupe commence la remontée, on part à quatre visiter le début du réseau du grand fond. Un méandre étroit et des conduites forcées nous amènent au sommet de puits qui ne sont pas équipés. On rejoint le reste de l'équipe pour remontée les 100 m de puits qui doivent nous mener à l'air libre. Tout le monde est dehors à 20h après un peu plus de 9h de balade et une paire d'heures plus tard on se retrouve chez Stef et Nadège pour une délicieuse raclette !

Ce réseau magnifique vaut vraiment le détour. Nous n'avons visité qu'une infime partie et le potentiel de découverte reste encore très important. Bonne chance aux spels qui continus les explos ! Un grand merci à Jérôme, Mimi et Suzanne pour le guidage et à Nadège et Stef pour l’accueil fantastique qu'elles nous ont réservé !