mercredi 21 octobre 2015

35 plus tard, l'Aven Jean se dévoile

14, 16 et 19/10/2015
Aven Jean, Opoul-Périllos
Participants : Eric G., Nicolas Aleman, Christophe Sosa, Michel Ruiz, Sébastien Henrion, Jean-François Vermotte, Xavier Renavant, Fanny Richard.

L'histoire commence il y a 35 ans, lorsqu'une équipe de l'ESR (Gaby et Victor Guitard, Roger Mir, Claire Rodenas, Yves Auléry, Jacques Ribes et Jacquy Saguer) découvre et désobstrue le 24 mars 1980 un trou souffleur près du Barrenc du Figuier. Ils explorent alors une série de puits jusqu'à -95 m qui deviendra une classique du plateau de Périllos : l'Aven Jean. En remontant, ils explorent un petit réseau étroit remontant jusqu'à un puits parallèle borgne.

L'histoire reprend en septembre 2015 lorsqu'une équipe du CAF Perpignan rééxplore ces passages. Au-dessus du petit puits terminal, Eric réalise une escalade de 13 m et atteint une lucarne derrière laquelle on aperçoit un passage pénétrable. Une première tentative d'élargissement échouera malgré l'emploi de 6 pailles, de cartouches Hilti et de détopeurs !

Nous revoilà sur site (Eric, Nico, Michel, Christophe et Seb) le 14/10/15 à la tombé de la nuits. Nous effectuons un premier tir dans la lucarne étroite permettant l'accès à l'escalade. Le passage bien élargit, un tir est réalisé dans la lucarne au sommet du puits. Le passage est enfin ouvert mais reste engagé. Christophe parvient à se faufiler et je le rejoins dans une petite salle concrétionnée, ça continue. On attend les copains qui montent le puits. Nous reprenons l'explo tous ensemble. Sur la droite, on remonte une coulée sur deux mètres pour déboucher dans une grande salle. Le concrétionnement est de toute beauté avec de grands gours, de grandes draperies et de jolies excentriques. On progresse avec prudence jusqu'au fond de la salle. Là, au bas d'un petit ressaut dans des blocs concrétionnés, un passage étroit descendant nous mène dans une deuxième grande salle toujours aussi belle. Sur le bord de celle-ci, nous repérons un départ descendant dans une grosse trémie, ce sera pour la prochaine fois. Au fond de la salle, un passage dans des blocs nous amène dans une diaclase qui se finit sur une coulée remontante. Au sommet, un petit passage verrouillé par un bloc calcifié nous laisse entrevoir une nouvelle petite salle ! Il est près de 1h du matin, nous somme euphorique mais il est temps de remonté, on garde la suite pour plus tard...

On n'aura pas pu attendre très longtemps, et dès vendredi soir, nous revoilà à l'entrée de la cavité. Eric et moi entrons plus tôt dans la cavité en topographiant. Nous somme rejoins au niveau des grandes salles par Christophe, Jean-François et Xavier. Nous filons vers l'étroiture du fond. Quelques coups de massette bien placés et nous passons tous de l'autre côté dans une petite salle. Un plan incliné fait suite et amène très vite au sommet d'un puits de six mètres. Deux spits et nous voilà en bas. On continue à descendre sur une coulée jusqu'au départ d'un nouveau puits. Sept mètres plus bas, on pose pied dans une diaclase au sol boueux sans suite évidente mais avec un jolie concrétionnement dont un plafond de grandes fistuleuses. Nous retournons alors dans la deuxième grande salle et descendons entre la paroi et de gros blocs calcifiés. Après un parcours tortueux, on se retrouve devant une étroiture dans la calcite derrière laquelle s'ouvre un joli puits. Nous passons derrière (sauf Chris qui coince) et descendons un vaste P11 qui se termine sur un fond plat de boue sans aucune suite. Nous remontons joyeux de cette nouvelle première même si les perspectives s'amenuisent. Lundi, retour sur place de Eric et Fanny qui rééquipe correctement l'escalade et visite la cavité.

















Si vous souhaitez visiter ce nouveau réseau, merci de respecter l'équipement en place et de ne pas sortir du sentier balisé pour ne pas salir les concrétions. Nous devons encore nettoyer quelques traces de notre passage et améliorer le balisage. L'accès à cette partie de la cavité reste relativement étroit. Ci-dessous la topo provisoire de la cavité, le dessin n'est pas fini et quelques passages doivent encore être topographiés.


6 commentaires:

  1. parait-il qu'une escalade dans la salle 1 mène à la salle du trésor du Roboul !
    Je dis ça, je dis rien car c'est un secret.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me semble que le trésor était caché au fond de l'Hydre. Quelqu'un l'aurait-il déplacé ;-)

      Supprimer
  2. Pas de baguettes de gour dans cette cavité ? Certaines photos y font penser. Bravo pour l'explo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faut que je regarde en détail mais ça ne m'a pas sauté au yeux lors de l'explo. Je te dis ça lors de notre prochaine visite.

      Supprimer
  3. Enhorabona. El bon treball sempre te premi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gracies Victor ! Fins aviat sota terra !

      Supprimer