samedi 25 novembre 2017

L'Hydre s'approffondie !

Samedi 21/11/2017
Aven de L'Hydre (Feuilla - 11)
Participants : Claude S., Xavier R., Jean-Marc C. (CAF), Eric G. et Nicolas A. (TES).

Eric et Rémi s'étaient arrêtés lors de la dernière séance au sommet d'un puits estimé à 6 m nécessitant encore quelques tirs pour pouvoir être descendu. Nous sommes cinq ce samedi pour en découdre avec cette étroiture et découvrir ce que cache la cavité au-delà de ce fond de -396 m.

Nous sommes au pied du radar vers 9h30. Claude et Xavier partent devant pour commencer les travaux au fond. Jean-Marc, Eric et moi suivons avec pour objectif de finir l'escalade dans le réseau au-dessus de Mario Bross et vérifier quelques points d’interrogation.

La descente se fait tranquillement et, une paire d'heures plus tard, on se retrouve au-sommet de l'escalade dominant le P43 de Mario Bross. Je commence à équiper le premier puits pendant que Jean Marc et Eric s'engagent dans l'escalade au-dessus du P20 final. Eric franchit rapidement l'étroiture suspendue qui nous avait arrêté la fois précédente et explore un petit méandre très concrétionné sur quelques mètres sans aucune suite. Il déséquipe l'escalade en redescendant. Pour ma part, le puits le plus éloigné bute sur des blocs au travers desquels on aperçoit du vide. Je tente une petite désobstruction sans succès. Je remonte pour équiper le puits le plus proche, celui du milieu étant plein de concrétions et retombant au même endroit. Deux P10 m'amènent à un fond comblé de blocs. Une cheminée correspond au premier puits descendu. Vers le bas, une petite lucarne laisse entrevoir une petite alcôve bien concrétionnée. Un autre petit trou semble donner sur un grand vide mais cela semble repartir vers le P43. Cette supposition est très vite confirmer par Jean-Marc qui redescend dans le P43 et avec qui je réalise une jonction son et lumière. Tout les points d'interrogation de cette branche étant levés, Eric et Jean-Marc descendent rejoindre les copains au fond. De mon côté, je finis de déséquiper la main courante et rééquipe l'escalade et l'accès au réseau de -400 m avant de les rejoindre.

Ils ont réalisé deux tirs de confort et nous poursuivons la désob vers le bas pour pouvoir maintenant franchir l'étroiture. Malheureusement, la roche est très faillée et ne facilite pas les tirs. De plus, une défaillance des piles pour le déclenchement nous fait perdre pas mal de temps. Toutefois, deux dernières pailles bien placées nous ouvrent la voie vers l'inconnu. Claude s'enfile dans l'étroiture et descend le P6 suivit par toute l'équipe. On prend alors pied dans une diaclase recouverte de choux fleurs ciselés comme de la dentelle, difficile de ne rien casser. En face, on retrouve le petit actif perdu quelques puits plus haut. Il s'engouffre dans un boyau descendant très vite obstrué par des blocs.

Il est 17h30 et je préfère remonter pour ne pas sortir trop tard. Les copains commence la désob et l'extraction de plusieurs blocs permet de voir un suite horizontale sur quelques mètres qui nécessitera une fois de plus les gros moyens. Cependant, le bon courant d'air passe bien par là ce qui motive pour la suite des travaux. Pour ma part, je sort vers 21h bien claqué. Les derniers sortiront vers 1h après avoir remonté les vieilles cordes qui trainées.

En conclusion, l'Aven de l'Hydre passe à -405 m environ. Le courant d'air nous indique clairement la suite mais de nouveaux travaux sont à prévoir. Allez, on y croit et on s'y remet !!!

Petites aragonites dans le supérieur de Mario Bross

 Le chantier vue depuis la salle de -396 m

Claude se prépare à filer vers l'inconnu


Ça reste tout de même pas bien large !

Le P6 vue du bas

Les parois sont couvertes de choux fleur très fragiles
 
 Une petite niche richement concrétionnée

Eric au pied de l'arrivée de l'actif, la suite est vers le bas

La suite est par là...
 
 La désob commence bien arrosée !

1 commentaire: