samedi 23 juillet 2016

En Gorner : l'explo de la rivière de Nohèdes se poursuit

Samedi 23 juillet 2016

L'exploration en plongée s'est poursuivit ce weekend, je retranscrit ici le compte rendu de Guillaume :

"Retour à En Gorner, nous sommes 17 personnes cette fois-ci, surtout des plongeurs de tous horizons et accompagnés (Pyrénées atlantique, Gers, Ariège, PO) mais aussi des spéléo Catalans et Audois.

Même rituel de portage avant d’arriver au siphon. De plus en plus de matériel et une préparation de plus en plus longue avant la plongée. Après des séances photos, déconne et habillement, on part tous les deux avec Yvan dans le siphon à 13h30.

Il nous faut 20 min pour franchir le S1, on poursuit avec tout notre bardas en un seul voyage jusqu’au S2 (soit notre poids en matériel sur le dos).
Mise à l’eau dans le S2, on définit ce que l’on fait ; Yvan passera devant et je le suis en faisant des images et Yvan lèvera les 200 m de topo manquants explorés la fois précédente.
Les 230 premiers mètres de siphon sont vite avalé, je fais signe à Yvan qu’on a raté l’étiquette des 200 m et on rebrousse chemin pour attaquer la topo. La séance topo est un peu longuette mais c’est un vrai bonheur de parcourir cette magnifique galerie.
Nous arrivons au terminus dans la coche, raboutage du fil sans sortir la tête de l’eau et c’est parti, le rythme s’accélère, on déroule 50 m, point bas à -24 puis ça se relève, 80 m de fil déroulé,  nous sommes à -6 et les extrémités de grandes draperies nous guident vers une surface.
Nous sommes dans une belle galerie concrétionnée mais nous avons perdu l’actif. On sort dans cette galerie, on amarre le fil sur de grosses concrétions, on pose bouteilles et recycleur, ça fait deux heures que nous sommes partis. Nous sommes dans une galerie inactive mais avec des traces d’écoulement, des remplissages de sable et le sol est bien propre. On évolue au milieu des concrétions, on laisse sur la droite une colonne de 3 m de diamètre, sur la gauche une lucarne donne sur un plan d’eau mais nous continuons tout droit au plus évident.
Au bout de 50 m on retrouve de l’eau, on pense que ça siphonne, mais non, on continue à avancer, sur la droite on laisse un nouveau départ et en hauteur on voit une galerie fossile, 10-15m au-dessus de nous. On laisse tout ça et on continue à avancer pour arriver sur un nouveau lac. Celui-ci est long d’une vingtaine de mètres avec trois départs au fond.
On rebrousse chemin pour aller chercher les recycleurs et une bouteille de sécu chacun. On estime l’inter siphon à 120-140 m.
On part dans ce S3, on prend le départ le plus évident des 3, les dimensions sont plus modestes mais confortable, 4 à 5 m de diamètre. Après un point bas à -16 on sort dans un lac, là les dimensions ont encore plus petites, on commence à se poser des questions à savoir si nous sommes dans le même trou et la galerie est plus chaotique, effondrement de dalle sur le sol et on n’a toujours pas retrouvé l’actif. Au bout de 100m,  on tombe sur un seuil rocheux à la surface de l’eau qu’il nous faut enjamber. On redescend à –16, on remonte un nouveau chaos on laisse une lucarne à droite, et une autre sur la gauche pour continuer tout droit, puis, derrière un seuil, la galerie se poursuit. Il n’y a aucun remplissage au sol, la galerie est relativement propre. A la faveur d’un virage à 90°, azimut 300°  on redébouche dans du grand. On retrouve les remplissages compacts de petits cailloutis schisteux, on descend jusqu’à un point bas à -24 après lequel la galerie de 6 à 8 m de diamètre remonte. Nous avons déroulé 250 m depuis le départ du S3 et j’entends Yvan qui gromèle (la voix de la raison) en faisant signe qu’il est temps de rentrer. Retour en faisant la topo et nous sortons du S3 après 50 min de plongée.
Il est 17h30 ça fait 4h que nous sommes partis. Pas le temps de fouiller l’inter siphon, on ressort en faisant la topo des 90 m explorés dans le S2. A ce moment là nous avons fini de bosser et nous pouvons pleinement savourer la plongée dans ce magnifique siphon. On sort du S2 et on récupère les deux bouteilles relais laissées au passage. Avant la mise à l’eau dans le S1, on mange une barre, nous sommes fatigués mais contents d’avoir accomplis cette nouvelle  belle explo. Le S1 ne sera qu’une formalité et à 18h45, on retrouve les copains qui nous attendent pour sortir tout le matériel. On a la banane, on leur raconte notre découverte, on range notre matériel en prenant le temps de se remettre psychologiquement de cette exploration. On refait les kits et à 21h30, tout le monde est dehors pour savourer une bonne bière et faire des plans sur la prochaine explo.

Après avoir sorti les donnée des ordinateurs de plongé, Yvan se rend compte qu’il y a une différence de 3 °C entre le S2 et le S3 (sur le mien idem), il pourrait donc s’agir d’un affluent et nous aurions raté le conduit principal….

450 m d’explo, 9 0m de plus pour sortir le S2 qui fait (490 m ; -42), environ 140 m d’exondé et 250 m dans le S3.
Temps passé sous terre 11h30, dont  6h00 depuis le S1 et 3h00 de temps cumulés en plongée.
Config : recycleur plus  deux fois 10L : une air une nitrox 30% et une 7L de nitrox 30% chacun.

A très bientôt,
Pour la prochaine.

Guillaume"










Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire